Kolwezi : L’Institut Technique de Mutoshi, la prestigieuse école en décadence.

SAMA LUKONDE, Adg de la Gécamines en visite à ITM. Ici dans le dortoir des garçons (Photo LMP/SDL).

Une délégation des hauts cadres de la Gécamines conduite par son Administrateur Délégué Général (Adg) SAMA LUKONDE est arrivée à Kolwezi, Chef-lieu de la province du Lualaba ce mercredi 12 août. Accompagné de son Administrateur Délégué Général Adjoint Bester TAMBWE NGOY, le Directeur Général a visité le prestigieux Institut Technique de Mutoshi (ITM).

Reçue par le Directeur de l’Enseignement Technique (DET/O) Jean-Marie MULOWESA TSHIBAMBA, les hôtes du groupe Ouest ont été accueillis par un échantillon d’élèves finalistes.

     De la genèse de l’école.

Le numéro un de la Générale des Carrières et des Mines, S.A a eu droit à un tableau lui présenté par le responsable de l’enseignement technique.

Dans son plaidoyer, Jean-Marie MULOWESA est revenu sur la genèse de l’ITM avant de présenter en quelques lignes les difficultés auxquelles fait face cette école.

Créée à la veille de l’indépendance de la RDC (1959), l’institut a débuté avec trois sections dont l’électronique, la mécanique et la chimie. De nos jours, l’ITM organise six sections parmi lesquelles se sont ajoutées l’électricité industrielle, la métallurgie ainsi que les Mines. « Les premiers diplômés A2 sont sortis en 1965 », a rappelé le DET. « Au cours de l’année scolaire 1995-1996, les filles ont été admises dans toutes les écoles techniques de la Gécamines », a-t-il ajouté.

« De 1 160 élèves inscrits régulièrement au cours de cette année scolaire 2019-2020, plus de 300 sont des filles soit 26% de l’effectif scolaire. L’Institut Technique de Mutoshi organise également 2 internats, l’un des garçons avec une capacité de 1 000 lits et l’autre des filles. La restauration des internes est sous la charge des parents d’élèves même si la Société appuie l’internat de manière sporadique », a reconnu le responsable de l’enseignement technique à la Gécamines.

     Des difficultés rencontrées.

En plus des difficultés que connaissent toutes les écoles Gécamines tant de l’enseignement général que de l’enseignement technique, la présence majoritaire des professeurs M.O.R dits vacataires n’est pas à négliger.

Au Groupe Ouest, ces derniers ont entamé un mouvement de grève en vue de réclamer  l’arriéré de salaire de 3 mois. Conséquence, la Direction de l’Enseignement Technique a fait appel à quelques agents pour appuyer les professeurs dans l’objectif de dispenser les cours aux élèves finalistes en préparation de l’Examen d’Etat.

Un autre problème connu de tous est l’impaiement du personnel d’entretien et de gardiennage. Problème similaire aux autres Groupes (Centre et Sud) sauf que le Groupe Ouest accuse des arriérés de 76 mois de salaires. La dernière fois que ce personnel a touché son salaire remonte à décembre 2019.

L’autre problème commun est le délabrement des bâtiments dû au poids de l’âge. Ces derniers portent des stigmates liés à l’anciété des infrastructures scolaires. La vétusté du matériel vient aussi s’ajouter aux multiples difficultés que rencontrent l’ITM. L’équipement des machines fait défaut et les élèves sont obligés d’apprendre sur de machines traditionnelles.

L’école est également confrontée à des difficultés particulières à savoir le manque des éducateurs surveillants. Avec l’effectif actuel, l’établissement n’a qu’un seul surveillant en lieu et place de 6 comme par le passé. L’infirmerie scolaire n’est plus que l’ombre d’elle-même et n’est plus capable de répondre aux sanitaires plus de 1 000 élèves. En cas de transfert à l’hôpital, l’école recourt au moyen de transport d’un professeur.

Autant des défis auxquels doit se frotter la nouvelle équipe dirigeante de la Gécamines qui doit également avoir un regard sur le social des travailleurs.

Notons que c’est sous la conduite du DET que la délégation de la Gécamines a vixité l’école. Des dortoirs en passant par les différents laboratoires, ateliers et les cuisines rien n’a été omis.

A l’issu de la visite, le numéro 1 de la Gécamines s’est brièvement entretenu avec les délégations de enseignants vacataires et du personnel d’entretien avant de poursuivre sa visite dans les installations de la Gécamines en passant par la clinique et l’Hôpital du Personnel Kolwezi (HPK).

Cette visite de travail a permis au nouveau comité de gestion de la Gécamines de palper les réalités de la société.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.