Kolwezi : Le Réseau de protection des Défenseurs des Droits de l’Homme du Lualaba (RDDHL) préoccupé par les menaces dont fait l’objet un membre.

Maître Aimé-césaire BANZA de l’ADDH et Coordonnateur Adjoint du RDDH/ Lualaba lors de la lecture de la déclaration (Photo : LMP/SDL).

Dans leur déclaration lue devant une frange de la presse locale cr samedi 30 mai au siège du Cadre Provincial des Concertations de la Société Civile, le Réseau de protection des Défenseurs des Droits de l’Homme du Lualaba (RDDHL) en rapport avec les menaces dont fait l’objet un membre du réseau en la personne de Mike LAMEKI WA LAMEKI. Le RDDHL s’est dit vivement préoccupé par cet état de chose.


«Secrétaire provincial du RDDHL et Coordonnateur provincial a.i de la Nouvelle Société Civile Congolaise (NSCC), Mike LAMEKI WA LAMEKI est engagé pendant plusieurs années sur plusieurs questions de la vie nationale», rassure le réseau. Pendant cette période où l’insécurité gagne du terrain sur plusieurs coins de la ville de Kolwezi, ce dernier, comme plusieurs leaders d’opinion ainsi que d’autres acteurs de la société civile se sont prononcés sur cette épineuse question de la sécurité afin d’appeler les autorités urbaines, provinciales et nationales d’assumer leur responsabilité afin de sécuriser les citoyens ainsi que leurs biens.

Une vue des participants (Photo : LMP/SDL).


«C’est dans ce contexte, poursuit maître Aimé Césaire BANZA de l’ADDH, que notre collègue va faire l’objet des menaces à travers les numéros masqués pour justement proférer à son endroit des menaces et des intimidations.»
En outre, le réseau rappelle et fait observer que la Déclaration universelle des droits de l’homme en son article 19 stipule que “Toute personne, tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression. Ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher de recevoir et répandre dans considération des frontières les informations et les idées par quelques moyens d’expression que ce soit”.
Quant à la Constitution de la République Démocratique du Congo du 18 février 2006 telle que modifiée et complétée par la loi N°11/002 du 20 février 2011 en son article 23 dispose ce qui suit : “Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit implique la liberté d’exprimer ses opinions ou ses convictions notamment par la parole, l’écrit et l’image sous réserve du respect de la loi, de l’ordre public et de bonnes mœurs.”

«Jusqu’à ce jour, le collègue contribue au développement social, économique, intellectuel et moral des populations à travers l’éducation de masses de par son travail d’acteur de la société civile.
A ce titre, il ne peut pas faire l’objet des menaces et intimidations par des personnes mal intentionnées, ennemies du développement et du décollage de la république démocratique du Congo», estime-t-on lors de cette déclaration.

Eu égard à ce qui précède, le RDDHL a recommandé aux autorités ce qui suit : 1. De protéger notre collègue Mike LAMEKI WA LAMEKI ainsi que tous les défenseurs des droits de l’homme de la province du Lualaba.

2. Aux organisations des droits de l’homme, de contribuer et de continuer à défendre les droits de l’homme en faveur de l’intérêt commun des pauvres et de la population.

3. De continuer à protéger les journalistes ainsi que les activistes pro-démocratie.

Notons en passant que plusieurs organisations non gouvernementales de défense des droits de l’homme ont pris part à la rédaction de cette publication. Il s’agit notamment de l’Association pour les Droits Humains (ADH) ; l’Action pour la Défense des Droits Humains (ADDH) ; le Centre de Formation des Défenseurs des Droits Humains (CFDDH) ; la Ligue Nationale Paysanne des Droits de l’Homme (LINAPEDHO) et tant d’autres.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.