Entretien exclusif avec : Le premier noir à être élu comme député suédois JOACHIM MUKWASA, l’un des plus grands piliers de la diplomatie à l’UDPS/Tshisekedi.

Si l’UDPS(Union pour la Démocratie et le Progrès Social) se réjouit de la victoire du président Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo au suffrage présidentiel de décembre 2018, personne ne peut se passer des efforts de certains hauts cadres du parti qui se sont battus à ongles et becs pour cette victoire, c’est le cas de Joachim Mukwasa, congolais d’origine, qui a mené son combat politique dans l’espace européen ou il est Eurodéputé, grace a son travail l’UDPS est parvenu à être le seul parti politique congolais le mieux représenté dans les instances européennes .

Raison pour laquelle Lualaba ma province et le Sanhédrin Magazine ont organisés un entrevue avec Joachim Mukwasa pour qu’il s’exprime à travers ses colonnes.

Journaliste : bonjour monsieur Joachim, aujourd’hui nous avons fait notre déplacement pour que vous puissiez nous faire une brève présentation de vous et nous dire comment vous avez fait pour entrer dans la scène politique congolaise ainsi que celle Européenne ?

Je réponds au nom de Joachim Ngoyi Mukwasa,(JM) congolais évoluant à l’extérieur du pays et haut cadre, au sein de l’UDPS qui est ma formation politique que j’ ai intégré depuis 1986, année au cour de laquelle j’ai fait mes débuts à l’université de Lubumbashi ou j’ ai quitté en deuxième licence suite à un évènement dramatique qui s’était déroulé à l’université, opération « LITITI MBOKA », à l’époque du régime dictatorial de Mobutu.

Tellement J’étais prisé par la politique, je fus même président de l’UDPS de l’université de Lubumbashi, chose qui a couté les yeux de ma tête vu qu’à l’époque les opposants étaient traqués d’une manière méticuleuse.

Heureusement pour moi, j’ai eu la vie sauve, grâce au consul général belge de l’époque avec lequel je travaillais mon sujet de mémoire, qui a dû m’aider à quitter le pays et m’a trouvé refuge en Suède en transitant par la Zambie.

Journaliste : Comment votre vie a connu des changements positifs dans un pays qui ne vous était pas familier ?

JM : c’est en suède que ma vie politique a connu une forte épopée, étant donné que mon souci était de voir le peuple vivre dans ses droits, recouvrer sa dignité ainsi que sa liberté longtemps spoliée par le pouvoir dictatoriale de l’époque.

J’ai commencé par adhérer dans un parti de la grande famille internationale socialiste qui avait la même vision de la social-démocratie que le parti de mon ressort en vue de poursuivre le même combat que j’avais au pays ,cela a ouvert les portes à l’UDPS au niveau international et je suis parvenu à être le seul noir à être élu comme député suédois juste après quelques années étant donné que mon travail au sein dudit parti était truffé de beaucoup d’abnégations et d’assiduités.

J’ai ensuite réuni quelques congolais que j’avais trouvés en suède avec lesquels j’ai constitué un petit comité pour enfin organiser les élections au niveau de la cellule ou je fus élu président fédéral de la Suède.

Journaliste : Comment êtes-vous devenu l’un des plus proches du sphinx de Limete ?

JM : C’est grâce à ma lutte remarquable que je me suis rapproché du sphinx de Limete Etienne Tshiekedi d’heureuses mémoires, président de ma formation politique, l’UDPS en sigle, après qu’il ait reçu le message du travail que j’avais fourni au niveau international, il a manifesté le désir de me voir et m’ a directement nommé président des pays nordiques (suède, Danemark , Finlande et la Norvège).

Le Sanhédrin : Quels sont vos apports ou réalisations au sein du parti par rapport à votre statut d’Eurodéputé ?

JM :Du fait que j’étais déjà membre de la sociale democratifica, un parti politique suédois qui partage les mêmes valeurs idéologiques que l’UDPS, cela a permis que les deux partis politiques soient partenaires, pour mener le combat dans lequel tous étions engagés vu que nous partageons tous les mêmes valeurs sur le plan social .

Comme J’étais élu député Suédois, lorsque j’ai commencé à siéger, j’ai user de mon poids et j’ai obtenu des partenariats officiels dans lesquels la suède s’engageait à soutenir le parti jusqu’à l’accession du pouvoir.

J’ai fait de l’ UDPS le seul parti congolais membre effectif doté du droit de vote et membre observateur de l’international socialiste, d’ailleurs j’ai assisté à plusieurs sessions et dans plusieurs pays avec le nouveau président de la république Felix-Antoine Tshisekedi Tshilombo ,vu que je fus son adjoint aux relations extérieur pendant au moins 3ans.

Avec la bénédiction du feu Etienne Thisekedi wa Mulumba, j’ai j obtenu des projets qui ont même été financés, notamment, celui de la formation des cadres du parti pour les rendre prêt à la gestion de la chose publique , plus de 250 cadres du parti étaient formés et payés 10 dollars au quotidiens, une formation organisée deux fois par an et pendant au moins 6 ans.

Les formations susmentionnées statuaient sur la gestion des conflits au sein du parti (la direction politique), sois sur l’encadrement des femmes ou celui des jeunes.

LMP : Et maintenant que l’UDPS est au pouvoir que peuvent encore être vos attentes ?

JM :Vous savez lorsque vous militez dans un parti politique c’est pour un objectif et surtout un idéal, celui d’accéder au pouvoir pour appliquer votre projet de société, en ce moment, mes attentes ne peuvent êtres que celles de voir l’applicabilité de notre projet de société qui est celui du peuple d’abord, un projet de société que j’ai fait adopter alors que j’étais élu premier président du parti à l’issu du premier congres historique de l’UDPS en 2010.

Le Sanhédrin : Pensez-vous continuer encore à apporter votre soutient au parti pourtant déjà au pouvoir ?

JM :Cela fait partie des raisons de ma présence en RDC, donc je suis venu donner un coup de pouce au nouveau président afin de réaliser ce dont nous nous sommes battus depuis des lustres, faire des intérêts du peuple le centre de nos préoccupations, pour y parvenir, le président suggère une politique de jonction, avec laquelle il pourra réunir toutes les mains internes et externes pour une bonne gouvernance.

LMP : Pensez-vous que le nouveau président pourra établir une politique de bonne gouvernance, qui sera d’applicabilité ?

JM :Vous savez, le début est difficile, vu que le président n’a pas de majorité parlementaire chose qui a fait à ce que nous soyons en coalition, mais nous devons nous atteler plus sur les signaux qu’a présentés le nouveau président élu avec son programme d’urgence des 100 jours axé sur la santé, l’éducation, la santé, l’emplois, l’énergie, les routes, le transport, l’emploi, la pèche et l’élevage, dont les réalisations sont approuvées de tous, la décrispation de plusieurs prisonniers politiques et d’opinions, la réouverture de la maison Schengen, qui est devenue le centre Européen des visas(CEV) ,le renforcement des relations diplomatiques et politiques avec les pays de la sous-région ainsi que plusieurs autres actions inédites etc.

Par ces faits, nous voyons que le président a émis une volonté politique en vue de développer ce pays d’une manière probante de sorte à redorer le blason de la beauté du Congo.

Le Sanhédrin : Avez-vous un message à adresser au peuple congolais ?

JM : Pour l’émergence du pays il faut que l’amour règne au sein de la société congolaise, les acteurs politiques, étant des leaders d’opinions, doivent transmettre des messages de paix et d’unité, ils doivent combattre les antivaleurs et non former des groupes à caractère nébulo-politiques qui transmettent des messages basés sur la haine tribale

LMP : Pour conclure, Avez-vous un mot à dire sur Etienne Tshisekedi ?

JM : C’était un maitre de la politique remplis de maestrias, j’ai embrassé sa politique à travers ses idéologies qui plaçaient en avant les intérêts supérieurs de la nation, il nous a appris à connaitre nos droits et à braver la peur face à un régime dictatorial, et du népotisme, aujourd’hui grande est ma joie de me savoir parmi ses héritiers idéologiques et de sa la lutte politique, je ne peux dire que merci Ya Tshitshi.

Co-auteur : Joe YAZID

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.