L’an 1 de l’Alternance : «Le bilan inquiétant de la liberté de la presse sous Félix TSHISEKEDI», déplore JED.

Dans son bilan 2019 sur la liberté de la presse, Journaliste en danger déplore la non prise en valeur des journalistes en RDC.

Alors que le Président Félix TSHISEKEDI s’apprête à célébrer ce vendredi 24 janvier 2020, l’an 1 de son accession au pouvoir, Journaliste en danger (JED) a dressé ce 23 janvier un bilan de la liberté de la presse en RD Congo dans un rapport de monitoring intitulé : « Le bilan inquiétant de Tshisekedi sur la presse ».

JED a enregistré près d’une centaine de cas d’attaques diverses contre les journalistes et médias dont le cas d’un journaliste assassiné au Nord-ouest du pays.

Il sied de noter que dans son rapport, JED fustige aussi les promesses non tenues du nouveau Président et de son gouvernement qui n’ont rien fait pour rendre plus sûr l’exercice de la liberté de la presse alors que le Président Tshisekedi s’était engagé précisément à «promouvoir la presse et les médias pour en faire véritablement un quatrième pouvoir», et à sensibiliser les forces de sécurité sur le respect de la presse et du travail des journalistes.

Le bon geste demeure inoubliable dit-on; à l’opposé de ce tableau noir, JED a rendu également hommage au chef de l’État eu égard à sa présence physique pour honorer les professionnels des médias lors de la célébration de la journée mondiale de la liberté de la presse, le 03 mai 2019.

Pour les journalistes en danger, ce geste était une sorte de rupture avec les pratiques prédatrices connues sous l’ancien régime de son prédécesseur, Joseph Kabila.

Au delà des gestes, JED constate par ailleurs qu’aucune action d’envergure n’a été prise, ni sur le plan politique, ni sur le plan judiciaire, ni sur le plan sécuritaire, pour rendre plus sûr l’exercice du métier de journaliste. Bien au contraire, fermetures des médias, interdictions des émissions, menaces, agressions, procédures de flagrances, emprisonnements des journalistes étaient au minimum, révélateurs des fausses promesses, et de l’ambigüité du discours des nouvelles autorités sur la liberté de la presse.

Il sied de rappeler que depuis la prise de pouvoir par le nouveau Président, en terme de statistiques, JED a déjà recensé un total de 91 cas d’attaques ou d’atteintes à la liberté de la presse dont 1 journaliste assassiné dans la province de l’Ituri, 41 professionnels des médias menacés soit agressés dans l’exercice de leur profession en toute impunité, 35 cas d’entraves à la libre circulation de l’information ou censures imposés aux médias et aux journalistes, 14 journalistes détenus ou interpellés dans divers services de l’Etat pendant des périodes plus ou moins longues dont un journaliste qui totalise à présent près de deux mois de détention en prison.

Vous aimerez aussi...

20 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *