Kolwezi : Les enseignants vacataires de la Gécamines déterminés à retrouver leur dignité.

Après 4 mois d’arrêt d’activités pour cause de confinement lié à la Covid-19, la reprise des cours prévue ce lundi 10 août sur l’étendue nationale était effective dans toutes les écoles de la province du Lualaba. Les établissements scolaires Gécamines, pour leur part, ont ouvert les portes mais les mangeurs de la craie n’ont pas dispensé les enseignements.

A la base de cette situation, le mouvement de grève des enseignants vacataires. Selon le Secrétaire Général du Collectif des enseignants vacataires, majoritaires dans les écoles Gécamines, «cette action vise à  fustiger l’injuste traitement de l’entreprise de tutelle, la Gécamines qui enfreint les droits des vacataires depuis bien longtemps».

Dans leur mémorandum adressé à l’employeur ce mercredi 12 août, dont une copie est parvenue à lualabamaprovince.com, les enseignants vacataires œuvrant dans les écoles Gécamines du Groupe Ouest ont demandé la régularisation de leur situation à trois niveaux différents.

A la Maison PUNGWE, ancien partenaire de la Gécamines ils réclament 8 mois d’arriérés de salaire allant de janvier à août 2019 ; 72 sacs de farine de maïs ; le reliquat issu de l’harmonisation du taux de dollar américain par la Gécamines et la régularisation des dossiers parcellaires d’une trentaine d’enseignants.

A la Maison ERBEC, actuel partenaire de la société et entreprise qui sous-traite dans l’enseignement à la Gécamines, les vacataires exigent l’apurement de 4 mois de salaire à savoir avril, mai, juin et juillet 2020.

A la Gécamines, les vacataires demandent un contrat direct sans médiation d’une  sous-traitance. Les entrepreneurs sous-traitants ont montré leur incapacité de gérer cette tranche d’enseignants vacataires. Etant donné que la Gécamines reste à ce jour l’unique bénéficiaire des prestations des vacataires, comme un seul homme ces professionnels de la craie disent non à la sous-traitance d’un quelconque entrepreneur car les deux derniers se sont enrichis sur le dos de pauvres vacataires en complicité avec certaines autorités Gécamines, peut-on lire dans le document remis à l’Adg de la Gécamines Sama LUKONDA, lors de son bref séjour dans le Groupe Ouest.

Toutes nos tentatives pour entrer en contact avec les répondants des entreprises PUNGWE et HERBEC se sont avérées vaines. Le ministère provincial en charge de l’Education et les autorités éducationnelles de la province sont préoccupés par ce dossier qui a fait couler encre et salive.

Vous aimerez aussi...

27 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *