Santé : la zone de santé de Fungurume sous la menace du choléra et de la rougeole.

Dr Jacques MUKEMBE, MCZS-FGM/Photo LMP COK

Déjà plus d’une semaine depuis que la zone de santé de Fungurume avait enregistrée le premier cas suspect de choléra.

Interné sur le camp d’isolement érigé au village KAFWAYA, cinq des huit malades ont finalement regagné leurs maisons en début de semaine.

Les trois patients encore internés sur ce site sont suivis par le personnel de santé.

Quant à ce qui est de la confirmation de la maladie, la zone de santé ainsi que la province n’ayant pas d’intrants a recouru à la province du haut-Katanga et finalement dix tubes appropriés s’avaient été envoyés lundi. Les échantillons étant déjà prélevés, la zone de santé n’attend plus que les résultats du grand laboratoire de Lubumbashi pour confirmer l’épidémie, allégations du médecin chef de la zone de santé de Fungurume le docteur Jacques MUKEMBE.

À lui d’ajouter :À lui d’ajouter : Nous avons directement soupçonné le choléra et nous avons commencé la prise en charge des malades dans un centre de traitement de choléra que nous avons érigés à KAFWAYA a plus ou moins 10 kilomètres de la commune rurale de Fungurume. Après que nous ayons effectuées les premiers prélèvements que nous avons envoyés au grand laboratoire de Lubumbashi, le feed-back était tel que nous avons utilisés des tubes non-appropriés. Comme la province n’en possédait pas, nous avons recourus a la province voisine du haut-Katanga qui nous a envoyée dix tubes. Nous venons d’effectuer deux prélèvements que nous voulons expédier au grand labo qui va nous donner une confirmation.

À ce jour, du côté KAFWAYA il y a accalmi, car je venais de libérer cinq de huit malades. Au centre de Traitement du Choléra nous n’avons plus que trois patients en bonne évolution.

Comment avons-nous procédé ? Nous avons mis des équipes sur terrain dont une composée des sensibilisateurs et une autre des chlorateurs qui passaient dans la communauté, stratégie qui a présenté des bons résultats.

Signalons tout de même que depuis que nous avons commencé la prise en charge, la situation est devenue calme»

Par ailleurs, outre le problème de choléra, deux aires de santé dont celle de MPALA ainsi que celle de KAKANDA font également face depuis près de trois semaines à l’épidémie de rougeole. Ici, une campagne de riposte qui consistait à vacciner tous les enfants en retard avec la dose de rougeole ont été vaccinée.

Une autre campagne qui va s’étendre aux femmes enceintes va vivre dans les tous prochains jours même dans les airs de santé non touchées afin de prévenir cette maladie a ajouté le docteur Jacques MUKEMBE.

La celle difficulté qu’ils ont rencontrés, c’est la résistance des parents qui pensaient que c’est le vaccin anti-covid qu’ils administraient a leurs enfants a conclu le médecin chef de la zone de santé de Fungurume.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.