KOLWEZI : 15 ONGDHS traînent en justice l’autorité urbaine.

Image d’illustration / archives LMP COK

Elles sont au total quinze, ces organisations de la société civile œuvrant dans le secteur des ressources naturelles et les droits de l’Homme qui ont initiées une action en justice contre veronique UPITE KAMINA, maire de Kolwezi. Par une plainte, elles ont ainsi saisi Monsieur le procureur Général, pour dénoncer les conflits d’intérêt et le détournement du service public par Madame le Maire de la ville de Kolwezi.




Cette motivation commence le 18 janvier 2021 quand ces organisations avaient été sollicitées par une partie des habitants de la cellule joli site RVA, pour dénoncer notamment la spoliation, sans respecter la procédure légale, du terrain situé sur l’avenue Chemin Public dans la cellule Joli site et appartenant à l’Etat Congolais ; dénoncer le favoritisme dans les travaux de construction des routes dans cette partie de la ville affirmant que ces travaux ne privilégient que les intérêts des animateurs de la ville et bien d’autres griefs. Pour vérifier ces allégations, ces ONGDHS signataires de la plainte étaient sur terrain le 22 janvier 2021 ou elles ont constaté que sur ce terrain, il existe des sérieux problèmes en rapport avec la mise en œuvre des projets de construction des routes. 

Dans la plainte, ces organisations confirment que les populations ne sont pas consultées ni associées avant le démarrage des travaux.




« Les populations bénéficiaires ne sont pas consultées ni associées dans le choix des routes aménagées dans cette partie de la ville et les travaux lancés semblaient ne pus avoir une bonne planification. Les travaux effectués dans la partie gauche de l’avenue Chemin public, (route récemment aménagée par l’entreprise MUSKA avec canalisations et buses), en partant de la RN39 vers l’Aéroport de Kolwezi, occasionnant  des érosions dans la partie droite avec risque de destruction des bâtisses » 

Ces organisations ont aussi d’énoncé la spoliation d’un fonds foncier.

« Les gens dénoncent aussi la spoliation par Madame le Maire de Kolwezi, d’un fonds foncier destiné à l’usage public, bien entendu que ce fonds serait actuellement cédé aux proches de Madame le Maire et aux membres de conseil Urbain de sécurité»

Ces organisations ont lancé un communiqué de presse ce samedi 20 mars dans lequel plusieurs recommandations ont été faites à l’autorité Urbaine.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.