Femme sous projecteur du jeudi 18 mars 2021/Entrepreneuriat : Anady-Sarah Kibalalala a bâti un empire industriel dans l’habitat, un modèle qui inspire

La personnalité et la vie de cette femme entrepreneure sont hors du commun. Énigmatique et ambivalente , cette femme de fer sait aussi se montrer clairvoyante , sans scrupules et obstinée en affaires.La patronne de « Objectif Habitat ASBL » , Anady-Sarah Kibalalala est partie de rien ou tout simplement d’une vision pour devenir aujourd’hui ce modèle qui impose considération et inspiration.Elle commence à bâtir son empire dès son jeune âgeAnady-Sarah Kibalalala fait ses débuts professionnels en tant que vendeuse des pagnes au sein de l’entreprise de sa maman au même moment elle combinait avec ses études à l’université de Kinshasa.Anady-Sarahe est issue d’un milieu modeste. Pieuse et austère , sa mère Georgette Konga Isako décédée en 2019, prône à ses 4 enfants le labeur et les bonnes actions. La rigueur de la mère alliée à la créativité décomplexée du père va forger le tempérament de la jeune Anady-Sarah et la former au monde des Affaires.Côté paternel, elle découvre la prise de risque et l’appât du gain. Côté maternel, elle apprend au quotidien la frugalité, le travail,le contrôle de soi,la gestion et la planification.C’est avec tous ces atouts qu’elle se lance très tôt dans la vie active. Après ses études et son diplôme de licence obtenu en communication des organisations à Bel Campus, elle trouve une place d’employé en 2015 dans une chaîne de télévision privée émettant à Kinshasa où elle passe à animer une émission dans la tranche matinale. Elle exerce son métier avec minutie et voit rapidement des brèches s’ouvrir. Cette étape est capitale pour la future entrepreneure puisqu’elle la forme à la patience ,au dévouement et j’en passe.Le début d’un long parcoursAnady-Sarah s’est toujours rêvée en femme d’affaires. Après avoir été admise comme experte en monitoring dans le département de la communication du cabinet du l’ancien premier ministre, Bruno Tshibala; elle décide de se mettre à son compte en donnant la forme à son projet » Objectif » dont elle caresse la réalisation. Elle flaire un marché plein d’avenir ( mais à ce temps incertain et anarchique).Forte de son expérience dans le monde des médias. Elle traverse toutes les barrières administratives en mettant en place un magazine pour valoriser les efforts des femmes qui se distinguent dans la société et les mettre en lumière. C’est la naissance d’Objectif Magazine dont le numéro zéro sera consacré à la femme pasteure , veuve de l’ancien Ministre de la Communication et Médias sous Mobutu Inongo Sakombi ainsi qu’à l’actuel président du Sénat.Après une bonne maitrise du domaine à travers le projet de vente des terrains à crédit dénommé « Cité Papa Simon Kimbangu », où elle intervenait comme associée, la femme aux allures ambitieuses veut se distinguer. A travers un prestigieux projet idéal Maman Moseka, le surnom de sa défunte Maman , Anady-Sarah a un objectif en tête : offrir des parcelles à ses concitoyens en tenant compte du pouvoir d’achat de ses concitoyens pour que chaque congolais quitte la vie de locataire pour devenir lui-même bailleur ou propriétaire d’un terrain. Le groupe se serre les coudes et travaille en commun dans l’unique but d’atteindre les objectifs assignés par la désormais Présidente Anady-Sarah. Très vite, alors très vite, la communication devient un outil important pour faciliter les échanges entre les potentiels souscripteurs (clients) et Objectif Habitat. Le sérieux de l’entreprise l’amène à terminer Maman Moseka I, II, III, IV et bientôt Maman Moseka V sera totalement liquidé, en attendant la construction des maisons préfabriquées de très longue durée.« La femme congolaise doit toujours travailler pour devenir indépendante et non tendre la main aux autres», conseille t-elle.Anady-Sarah est aussi fondatrice d’Objectif Group , une plateforme qui regorge en son sein des médias ( presse en ligne et presse papier) , la vente de pagne Wax » Maman Moseka ».A la tête de l’entreprise Objectif Habitat. Cette vision mise en musique au prix d’énormes sacrifices consentis . La société emploie une trentaine de jeunes professionnels oeuvrant dans les domaines précis.Anady-Sarah veut tout contrôler mais commence d’abord par se contrôler elle-même. Maîtresse de ses émotions et de ses désirs, la femme dispose d’un sang-froid à toute épreuve.Aux yeux de Anady-Sarah Kibalalala ce qui compte c’est son projet , l’argent n’est pas une finalité. Si son seul but était de devenir riche, elle n’attendrait jamais ce sommet.En ce mois de mars où l’on célèbre les droits des femmes , la présidente de Objectif Habitat ASBL exhorte toutes les femmes à faire preuve de ténacité qui est une des qualités indispensables pour réussir dans la vie , quel que soit le but à atteindre.Anady-Sarah Kibalalala a foi en sa réussite. Elle ne compte pas en rester là. Faire des affaires et gagner sont pour cette protestante une vocation quasi mystique, un don divin dont elle doit faire profiter l’ensemble des congolais. Femme dénuée de doutes, elle a banni de son langage le mot échec.Cette dame de fer , ingénieuse , sait s’y prendre. Consciente de l’apport de la femme , Anady-Sarah Kibalalala appelle le Chef de l’État, Félix Tshisekedi à revoir le quota femme. « 30 % ne représente rien, pourquoi pas 50%. Mais c’est un pas. On ne doit pas être négative vis-à-vis de la volonté du chef de l’État. Nous espérons que demain nous aurons 50% », espére-t-elle.Il est beau de voir des gens monter des projets et réussir dans le domaine privé sans parfois un accompagnement réel de l’État congolais comme est le cas avec la présidente du Group Objectif ASBL. Combien elle le ferait davantage en étant responsable étatique d’un service dans son pays.

Par 24h.cd

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.