Lualaba : Une poignée des jeunes conteste l’élection du nouveau président du conseil provincial de la jeunesse.

Election du Conseil Provincial de la Jeunesse Lualaba (Photo LMP/SDL)

Quelques mouvements et associations de jeunes du Lualaba rejettent le résultat de l’élection du Conseil provincial de la jeunesse (CPJ) qui a eu lieu le dimanche 15 novembre dernier.

Leur mécontentement fait le tour des réseaux sociaux depuis l’annonce provisoire des résultats des membres du nouveau bureau du CPJ par la Commission électorale indépendante ad hoc (CEI).

La partie lésée décrie le non-respect des critères en vigueur pour postuler au bureau du CPJ. C’est en l’occurrence le critère lié à l’âge de certains candidats.                               « Critère d’âge, où es-tu passé quand on retenait certaines candidatures au conseil provincial de la jeunesse ? », se demandent-ils.

Pour être éligible, le candidat devrait remplir plusieurs conditions à savoir : jouir de tous les droits civiques et politiques ; Etre de nationalité congolaise (RDC) ; Etre âgé de 18 à 35 ans tel que repris dans la circulaire relative à la convocation des assemblées générales extraordinaires électives des bureaux des conseils provinciaux de la jeunesse. 

Ces jeunes évoquent également des multiples ”irrégularités” constatées dans l’organisation de cette élection organisée par une commission électorale dont l’indépendance est mise en cause. 

« Nous condamnons l’attitude cavalière et contre productive de la Cei qui, pour des raisons inavouées a tenu à organiser les élections en violation de droits civiques des certains jeunes qui se sont vus écartés de la liste définitive des candidats et de la liste des électeurs, pourtant remplissant tous les critères, privant ainsi certains électeurs de leur droit de vote », explique un jeune à lualabamaprovince.com

Ces mouvements qualifient l’élection du conseil provincial de la jeunesse Lualaba de « mascarade bien préparée dans les officines qui n’étonnent personne ».

Du côté de la Cei, l’on rejette toutes ces accusations d’un revers de la main et le président de la commission Fernand MUTEJ NGOIE assure l’inclusivité et la transparence dans l’organisation de cette élection.  

« La commission a attendu recevoir les recours des candidats mécontents à la date butoir fixé au mardi 17 novembre 2020 mais sans qu’aucun ne se manifeste », précise-t-il.

Pour rappel, Emmanuel MUTEB YAV a été élu président de la CPJ avec 51 voix sur 61 votants. Sauf changement de dernière minute, la publication et l’installation définitives vont avoir lieu ce dimanche par le Gouverneur de province.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.