PORTRAIT : HONORABLE MUTUNDA KATENDE NGANA LEONARD, UN CHEVRONNÉ DE L’ENSEIGNEMENT AU SERVICE DE SA COMMUNAUTÉ

Hon. MUTUNDA KATENDE NGANA Léonard/ PHOTO LMP(COK)

Marié et père de 12 enfants, MUTUNDA KATENDE NGANA Léonard est actuellement député provincial du Lualaba élu de la circonscription de Sandoa.

En 1987, l’homme avait été élu au conseil urbain de Kolwezi comme et muté à Kapanga une année plus tard pour exercer les fonctions d’inspecteur de l’enseignement primaire lui-même étant issue de la quatrième promotion des inspecteurs de l’enseignement en République Démocratique du Congo.

Premier suppléant de l’honorable Achille MUTETEKE rappelé à l’exécutif pour occuper le poste de Ministre provincial des finances, MUTUNDA KATENDE NGANA Léonard l’a depuis lors remplacé.

L’actualité oblige, cet élu provincial et représentant légitime du peuple, a saisi de l’opportunité pour sensibiliser la population du Lualaba en général et celle de Sandoa en particulier à observer les mesures barrières telles qu’édictées par l’Organisation Mondiale de la Santé et reprises par les autorités sanitaires du pays. Il s’agit entre autres de ses laver régulièrement les mains au savon ou à la solution hydro-alcoolique ; de tousser ou éternuer dans les plis du coude ; de porter les masques ; de garder la distanciation physique ; de ne sortir de chez soi que si c’est nécessaire et d’éviter les habitudes d’accolades ou baiser.

Réagissant à l’avis de l’opinion public qui pense que le montant de plus de 2 millions des dollars alloué au dédoublement du pont de l’Alternance, l’honorable MUTUNDA KATENDE NGANA Léonard pense que condamner directement l’Exécutif provincial sans faire une contre-expertise n’est pas logique. La loi a donné les prérogatives à un député de contrôler l’exécutif ce qui n’a pas encore été fait vu l’urgence sanitaire.

Conscient des bourbiers qui ne facilite pas la praticabilité entre sa circonscription et les centres urbains (notamment les villes de KASAJI et KOLWEZI), l’élu de Sandoa a tenu à rassurer la population que le dossier avait été transmis et répertorié dans le plan de l’exécutif et dit attendre son exécution.

Par Chris’octave KATOBYO

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.