Lualaba : Le Cadre Provincial des Concertations de la Société Civile favorable à plus de transparence dans le dossier de 8 policiers présumés criminels.

Maître Schadrack MUKAD MWAY END NAW, Président Porte-parole du Cadre Provincial des Concertations/Lualaba (Photo d’archives).

Dans un communiqué de presse daté du 11 mai dont une copie est parvenue à la rédaction de lualabamaprovince.com, les organisations de la Société Civile membres du Cadre Provincial des Concertations félicitent vivement le patriotisme manifeste de service de sécurité qui a mis la main sur un groupe de 8 policiers présumés criminels. Ces organisations ont également apprécié à sa juste valeur l’apport des moyens conséquents au profit des opérations de la traque des criminels.

Néanmoins, après les forfaits consommés par ces impénitents criminels policiers, «l’heure n’est pas d’inviter la population d’avoir confiance en la police sans que celle-ci ne s’amande en menant des actions qui garantissent la sécurité des personnes et de leurs biens», estime le Président de cette structure de la société civile. Depuis longtemps, pour les populations locales, ces vols étaient l’oeuvre des hommes armés habillés en uniforme de la police. Avec cette arrestation, il est clair que ce sont certains policiers qui opèrent, tuent et pillent les paisibles citoyens, indique-t-on dans le communiqué.

Le Cadre de Concertation note également la présence dans la ville de deux bataillons des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) à savoir le 622è et celui commis à la sécurisation des concessions minières de KCC et TFM. En cas de crimes, le Cadre des Concertations craint que les deux bataillons se rejettent la responsabilité.

Soucieuses de préserver un climat social de paix, ces organisations suggèrent :

  • La professionnalisation de la police nationale congolaise ;
  • Les poursuites judiciaires de tous les responsables de la police nationale impliqués dans la criminalité urbaine ;
  • Tenir compte de la probité avant de confier une personne à de grandes responsabilités ;
  • L’implication des couches sociales de la province dans la lutte contre l’insécurité mais décourage l’auto prise en charge par certains jeunes dans la sécurisation de leurs quartiers ;
  • Le rapatriement à Kinshasa du bataillon venu pour la sécurisation des concessions minières ;
  • Le détachement du Ministère provincial en charge de l’Intérieur et Sécurité les Affaires Coutumières et Décentralisation en vue de permettre ce ministère de s’occuper exclusivement de la Sécurité intérieure de la province;
  • A la population de rester vigilante pour dénoncer tous les responsables malhonnêtes à qui profitent les crimes de la population, pour ne citer que celà.

Ce communiqué de presse est le fruit de la séance de travail tenue le samedi 09 mai par les organisations de la société civile membres du Cadre Provincial des Concertations pour analyser le dossier de l’arrestation de 8 policiers bandits à mains armées qui avaient opéré la nuit du 29 au 30 avril 2020 au quartier Joli Site, un quartier résidentiel de Kolwezi, causant mort d’un jeune homme de 26 ans dans la maison d’un médecin bien connu dans la ville.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.