Lualaba: La mairie de Kolwezi prend le taureau par les cornes et s’assume face à la flambée des prix sur le marché.

Il a fallu le message interpelateur de l’autorité urbaine et une action menée par les inspecteurs de l’économie nationale pour ramener les opérateurs économiques véreux à la raison.
Quelques-uns trouvés dans l’irrégularité par rapport à la fixation de prix des biens de première nécessité ont été interpellés, apprend-on d’une source fiable de la mairie. Ils réfléchissent entre les quatre murs en attendant leur sentence.

Cet exploit est salué par plus d’une personne qui encourage la pensionnaire de l’hôtel de ville à plus de rigueur. Des voix continuent de réclamer le retour aux prix initiaux d’autant plus que la plupart d’articles ont repris leur prix mais avec une légère hausse, explique un observateur.

Face à la hausse de prix de certaines denrées alimentaires observées sur le marché en marge de la pandémie du coronavirus, l’hôtel de ville a, par la bouche de son numéro un, promis de sanctionner sévèrement ceux des opérateurs économiques qui ne respecteront pas les dispositions légales en matière de fixation des prix.
Ce vendredi, le sac de farine de maïs de 25 kg se négocie à 45 000 FC alors qu’il coûtait 5 000 FC plus bas. Une occasion pour les ménages de s’approvisionner en cette denrée indispensable. La plupart de clients fustige la quantité achetée pour de fin commerciale par certaines marchandes. En effet, ces dernières payent jusqu’à une cinquantaine de sacs à revendre à la cité au plus offrant.

Notons que depuis l’adresse du chef de l’État sur le coronavirus, les prix de certains produits de première nécessité ont connu une flambée sur le marché dans plusieurs villes de l’espace Katanga et la ville de Véronique UPITE n’a pas été épargnée !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.