Mines : Prise pour modèle à la Présidence de la République, la coopérative COMIAKOL bientôt renforcée et améliorée.

«Nul n’est prophète en son pays», dit-on. La Cellule d’Appui au Programme d’Urgence Intégré de Développement Communautaire (CAPUIDC), a parcouru les 1 325 Kilomètres (à vol d’oiseau) qui séparent la capitale Kinshasa à la ville de Kolwezi pour prendre exemple sur le modèle de la coopérative COMIAKOL.

Conduite par Phillipe NGWALA MALEMBA, Coordonateur de la CAPUIDC et Conseiller Spécial du Chef de l’Etat Son Excellence Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, la délégation a été reçue ce mardi 17 mars au site Mutoshi-Cobalt par son Président Délégué Général Sylvestre Petit-Petit NGOMBE.
L’hôte et les services techniques ont fourni des explications nettes et claires sur le fonctionnement de la coopérative qui est appuyée par l’entreprise Chemaf, Pact Congo ainsi que le service de SAEMAPE.

De l’exploitation artisanale de minerais en passant par le nettoyage, le stockage et la vente, les visiteurs ont été emerveillés par cette chaîne d’approvisionnement pris désormais pour modèle à répecuter sur l’ensemble du territoire national dans le secteur de mine artisanale. Aux exploitants miniers rencontrés sur leur lieu de travail, l’émissaire de la présidence a eu un message d’espoir. Sa structure pense renforcer ce modèle et l’améliorer dans l’objectif de mettre ces artisanaux dans de très bonnes conditions mais également afin qu’ils puissent gagner un revenu décent. Pour ce faire, le Président de la République ne ménage aucun effort pour revaloriser la filière artisanale minière, a-t-il annoncé. Pour ce conseiller spécial du chef de l’Etat, la filière exploitation minière est un grand potentiel de création d’emploi des jeunes.
Le type de partenariat voulu par le Président de la République met l’acteur artisanal au centre. Voilà pourquoi cette approche ne doit pas anéantir l’exploitation artisanale mais plutôt l’accompagner pour l’émergence de la classe moyenne.
Notons que cette visite rentre dans la mission d’indentifier les filières à grands potentiels de création d’emploi pour concevoir le programme intégré de développement communautaire.

Un satisfecit pour les responsables de la coopérative, heureux d’être un modèle d’engagement pour le pays moins de 5 ans d’existence de la coopérative.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.