Lualaba : La Nouvelle Société civile Congolaise (NSCC) vulgarise la Résolution 1325 de l’ONU.

Ce texte prévoit la défense des droits des femmes et enfants pendant la période des conflits.
Dans la même veine, la NSCC comme le Conseil de sécurité des Nations-Unies entend promouvoir les droits de la femme et enfant en interpellant l’Etat à développer des politiques pour garantir l’égalité des chances, l’accès à l’emploi pour les femmes, la participation de celles-ci dans la sphère de prise de décision.

Voté par les États membres de l’ONU en 2000 et ratifié par la RDC en 2011, la Résolution a été expliquée à environ 90 hommes et femmes venus de kolwezi et de ses environs.

Le Directeur de cabinet au Commissariat du Genre, Enfant et Famille; Madame le Chef de Division du Développement rural ainsi que la Directrice du programme Genre, Enfant et Famille de la NSCC/Lualaba se sont apaisantis sur des thématiques qui sont tombées à point nommé, estime un groupe des participants. Dans son exposé sur «Les violences basées sur le genre», le Dircab au Genre a rappelé qu’en effet, les femmes sont exposées à plusieurs types de violences. Discrimination, viol, mariage précoce et autres sont les quotidiens des femmes. «La femme est utilisée comme un objet de publicité à travers les médias et pourtant elle devrait être considérée à sa juste valeur, être embauchée pour sa beauté intellectuelle et non pour sa beauté physique», a-t-il martelé.
Pour l’orateur, l’Etat doit par contre développer des politiques visant à garantir l’égalité des chances de sexe.

Le Chef de Division du Développement rural a pour sa part exhorté les femmes à s’émanciper, à créer des associations de développement, à s’aimer les unes les autres.
La Chargée du Programme Genre, Enfant et Famille de la NSCC est revenue sur l’historique de la Résolution 1325 en ce que les Nations-Unies avaient compris que la femme est victime de plusieurs abus d’où la nécessité de signer ce document.

Bientôt, la Nouvelle Société civile congolaise prévoit la même activité à l’intérieur de la province.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.