RDC/ ENVOL : Lancement de la 3è phase de la collecte des signatures pour la Révision constitutionnelle.

Après la Tshopo dans l’ex-Province Orientale et la capitale Kinshasa, le Secrétaire Général de l’Envol, Jean-Marc Mambidi a lancé lundi 03 février 2020 à Kananga au Kasaï Central, l’enregistrement des signatures.

Au chef-lieu du Kasaï Central, la proposition de loi Sesanga sur la révision constitutionnelle est dans toutes les conversations. Tous savent que le chef de l’État, Félix Tshisekedi a rejoint Sesanga dans sa démarche de révision constitutionnelle, comme aussi bien d’autres leaders politiques de premier rang. Et lors du grand rassemblement populaire de ce lundi 3 fevrier, Jean-Marc Mambidi l’a rappelé modestement à la population. «D’autres acteurs ont rejoint les pas de l’Envol, en commençant par le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo qui en a parlé lors de son discours sur l’État de la Nation devant les deux chambres du Parlement réunies en congrès mais également le PPRD de Joseph Kabila, le CDER, parti de Jean Lucien Bussa y compris le Parti Travailliste de Steve Mbikayi mais aussi beaucoup d’autres», a-t-il souligné dans un tonnerre d’applaudissements de la foule.

Lancée le 19 octobre 2109 à Kisangani dans la province de la Tshopo, l’opération des collectes des signatures se poursuit. Pour Delly Sesanga, juriste de formation, la Constitution de 2006 a montré ses limites. La proposition de l’Envol cible une trentaine d’articles. Mais les deux articles phares portent sur le retour aux deux tours de la présidentielle et sur la bi-nationalité en lieu et place de l’exclusivité.

Au même moment, la démarche de Sesanga vise à renforcer les articles intangibles de la Constitution. Il veut protéger solidement l’article 220 relatif au nombre des mandats présidentiels et à leur durée. Le texte Sesanga bloque le glissement des mandats présidentiels. Il y a des garde-fous très stricts pour stopper le « glissement du mandat présidentiel », comme c’était le cas avec Joseph Kasa-Vubu en 1965, puis le Maréchal Mobutu Sese Seko de 1991 à 1997 et enfin Joseph Kabila de 2016 à 2018.

La proposition de loi était déposée au Bureau de l’Assemblée nationale le 19 août 2019. A ce jour, la démarche du parti de Delly Sesanga, c’est de se conformer à l’article 218 de la constitution, qui donne les modalités sur l’initiative de la révision constitutionnelle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.