UDPS/TSHISEKEDI en retraite : «Le peuple attend des changements immédiats et non une vision d’une république confisquée par des individus».

Pendant 3 jours de retraite politique de l’Udps/TSHISEKEDI, les cadres vont évaluer l’an 1 de l’Udps au pouvoir aux regards des attentes de la population congolaise. Les participants sont invités à réfléchir sur 8 points essentiels. Identifier les défis liés à l’exercice du pouvoir ; relever les contraintes observées et partager les expériences. Au delà de ses recommandations de la présidence du parti, les participants sont appelés à préconiser des solutions ; proposer de stratégies et des plans tactiques en vue de trouver des solutions à court, moyen et long termes.

Les différentes commissions sont invitées à ne ménager aucun effort en vue de produire un travail de qualité.
Cette retraite est également une occasion de plus de rendre un vibrant hommage aux combattants, épris de paix et de justice, qui à l’instar des pères fondateurs, ont sacrifié leur vie et versé leur sang.

En outre, Jean-Marc KABUND-A-KABUND a rappelé la ferme volonté ainsi que l’engagement politique du pouvoir. Pendant cette première année d’exercice du pouvoir au sommet de l’Etat par Félix Antoine TSHISEKEDI et de l’Udps, bien qu’énormes, les défis ne sont pas insurmontables. D’où l’attente du peuple à palper des changements immédiats dans tous les secteurs de la vie.

Pour le président ai de l’Udps, ces journées de réflexion du centre Nganda, sont une occasion de rappeler aux uns et aux autres qu’aucune excuse, aucune alliance, aucun arrangement politique ne pourront remplacer le bonheur du peuple (congolais).

Depuis le 24 janvier 2019, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (Udps/TSHISEKEDI) exerce le pouvoir. Et cette auto-évaluation intervient à moins d’une semaine après la commémoration de l’an 1 de la passation pacifique du pouvoir au sommet de l’Etat. Au sein du parti, les autorités s’accordent que leur vision s’oppose à celle d’une république confisquée par un individu ou un groupe d’individus au détriment de la majorité de la population car « le temps nous est compté et le peuple qui a placé sa confiance dans notre leadership, attend des changements immédiats», interpelle Jean-Marc KABUND.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.