L’encadrement des enfants de la rue : une priorité de la Fondation Axel ZAMA pour un équilibre sociétal.

Axel ZAMA, Président de la Fondation Axel ZAMA.

Enfants de la rue mieux enfants en rupture sociale sont des victimes inacceptables d’une société indifférente aux problèmes de ces derniers. La Fondation Axel ZAMA qui a entendu leur cris de détresse vient de se lancer dans des activités sociales pour leur bien-être.

Accablés par des souffrances physiques, psychiques et morales, une cinquantaine d’enfants en situation difficile a sollicité l’accompagnement de la Fondation Axel ZAMA tout en relevant les difficultés auxquelles ils sont confrontés à chaque instant. Le manque de logis descent figure en bonne place dans leurs préoccupations.

Quelques enfants entourés des membres de la Fondation.

Ils l’ont fait savoir lors d’un partage de repas leur offert par les membres de la Fondation Axel ZAMA pour marquer leur sortie officielle. Ces 50 jeunes ont ainsi partagé, dans la bonne humeur, un repas sur le terrain de basket-ball de la paroisse Notre-Dame Mariapolis grâce aux efforts des membres de la Fondation ZAMA qui ont répondu aux besoins primaires de ces oubliés de la société en leur donnant nourriture, habits et souliers. «Dans les prochains jours , la prise en charge médicale et l’hébergement de ces jeunes seront possibles», affirme le visionnaire.

Heureux de se savoir aimés, les bénéficiaires, qui ne pensent qu’à leur survie, n’ont pas tari d’éloges à l’endroit de leur bienfaiteur. La Fondation Axel ZAMA voudrait voir ces futurs responsables être traités dignement et humainement. Voilà pourquoi elle s’est résolue de ne ménager aucun effort pour faire entendre la voix de ces rejetés.

L’objectif est de les encourager à quitter librement la rue et si possible favoriser leur réinsertion familiale ou encore leur placement dans des institutions adaptées ou spécialisées . Axel ZAMA et tous ceux qui croient en lui demeurent confiants car «un nombre non négligeable des enfants de la rue parvient avec succès à s’en sortir et à s’inscrire dans les circuits de la société», affirme le Président de la Fondation. Pour y parvenir, la Fondation recourt aux cotisations de ses membres, néanmoins, un appui du gouvernement provincial par le biais du Commissariat Général du Genre et Famille ainsi que de toute autre personne de bonne volonté ne sera pas de trop», estime ce jeune plein d’ambitions.

Moment de partage du repas

C’est après avoir passer un moment de détente que les protégés de la Fondation Axel ZAMA et leurs bienfaiteurs se sont séparés tout en entraînant l’espoir de se revoir très prochainement car «Un geste, un abri, aurevoir la rue» c’est encore possible.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.