DÉCENTRALISATION: MUYEJ PARLE IL FAIT MOUCHE

Richard Muyej Mangeze


Le gouverneur de la province du Lualaba est jusqu’ici la plus grande surprise de la matérialisation du découpage territorial, de la décentralisation, en RD-Congo. Ses actions contredisent les pourfendeurs de cette réforme. Son discours au 2ème Forum national de la décentralisation est un véritable plaidoyer en faveur de la mise en place des mécanismes de financement viables et adaptés entre l’Etat central et les provinces, et entre les provinces et les entités territoriales décentralisées -ETD.

Ancien ministre de l’Intérieur, Richard Muyej a le sentiment que la décentralisation peut faire bouger les lignes. Oui, il y pense fermement parce que pendant son mandat, il y a consacré toute une cellule dont les animateurs pondent des réflexions intéressantes. Arrivé lui-même aux commandes de la province du Lualaba, comme s’il le savait, Muyej est en train de s’illustrer par des actions d’éclats qui cimentent la province de ses rêves et de ceux qui ont cru au découpage. Cité comme modèle de cette réforme, son intervention au Forum national sur la décentralisation a mis tout le monde d’accord. Cela prouve à suffisance que son travail au ministère de l’Intérieur a été bien planifié. Ancien ministre des Relations avec le Parlement, Richard Muyej ne pouvait qu’émerveiller non seulement ses collègues gouverneurs mais les autres participants aux travaux de ce forum d’intérêt national. Son exposé témoigne clairement que l’homme a de la maitrise. Son intervention magistrale montre que le gouverneur du Lualaba est un véritable agent de la territoriale. Surtout que le travail qu’il réalise sur terrain ne fait qu’étonner plus d’un visiteur de passage à Kolwezi.Dans son speech, Richard Muyej a démontré qu’il n’existe pas des provinces pauvres en RD-Congo. «De l’Est à l’Ouest et du Nord au Sud, la nature a doté notre pays d’énormes potentialités», a-t-il souligné. Pour lui, la RD-Congo ne peut pas prétendre être la locomotive de l’Afrique si elle ne se développe pas elle-même de manière équilibrée.

«Notre pays, la RD-Congo, au potentiel immense, est appelé à jouer le rôle de moteur de l’émergence de l’Afrique. Mais pour parvenir à cet objectif, il lui revient d’assurer son propre développement dans tous les domaines. Il est entendu que cette émergence soit ressentie à travers une synergie qui entraine inéluctablement le développement équilibré de toutes les provinces en attendant la mise en place des mécanismes de péréquation», a expliqué le gouverneur du Lualaba avant d’appeler les participants à ce forum à développer l’esprit de créativité et d’initiatives. Et à lui de continuer: «c’est aux acteurs administratifs d’utiliser la loi en vue de construire leur cité». Muyej n’est pas resté silencieux sur les relations qui doivent animer les territoriaux. A ce sujet, il a beaucoup insisté sur la collaboration entre le pouvoir central, les provinces et les entités décentralisées. «Pour que la décentralisation soit effective, il est important de considérer que le rapport entre différents niveaux du pouvoir central, provincial et local soit de type partenarial. La collaboration entre ces trois niveaux doit être teintée d’un esprit de respect mutuel et de complémentarité», a martelé le gouv’ du Lualaba. Richard Muyej a fait savoir que malgré le partage des compétences établi par les textes légaux dans le domaine du développement, la pratique sociale montre que les entités locales sont aux prises avec les velléités du pouvoir central et de l’insuffisance des moyens. «Nous devons tout faire pour détruire le complexe du chef dans le chef du chef», a exhorté l’ancien ministre de l’Intérieur.

Muyej a estimé que pour annihiler ces contraintes et pesanteurs de la décentralisation, l’on doit avoir à l’esprit que les ETD sont des pools de développement et doivent travailler dans le respect mutuel et en synergie avec l’Etat central. Ancien ministre des Relations avec le Parlement et de l’Intérieur, aujourd’hui gouverneur du Lualaba, Richard Muyej devient pratiquement l’expert en matière de la territoriale. Acteur de la mise en place du découpage territorial devenu une réalité aujourd’hui, il devient le modèle dans la gestion et la conduite de sa province. Lualaba, sa province, peut pour l’instant se réjouir de la décentralisation qui lui a permis d’être le modèle des provinces démembrées. Parce que dans tous les coins de la République, tout le monde ne parle que du Lualaba. Une province qui prend de la distance grâce aux initiatives et à l’esprit de créativité de son gouverneur. Cet homme, c’est Richard Muyej qui a épaté les participants au Forum national sur la décentralisation.

Africanews

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.