Les mines et le tourisme ne suffisent pas pour le développement du Lualaba. La province ambitionne se tourner vers l’aquaculture.

Le Vice-Gouverneur Fifi MASUKA entourée de ses hôtes.

Le Directeur Général de la société Willing Hands, une entreprise Norvégienne expérimentée dans l’élevage aquacole et Ari MATHIENSEN ont foulé la République Démocratique du Congo pour la première fois. Ils ont choisi de visiter la province du Lualaba, une province à plus d’un atouts pour tous les investisseurs dans différents domaines.

Introduits auprès de Madame le Vice-Gouverneur Fifi MASUKA SAINI par le Ministre Provincial en charge de l’Economie, la délégation s’est dite honorée de se retrouver dans cette province reconnue mondialement pour ses mines.
«Ce déplacement se focalise sur le but d’obtenir des informations pour réaliser une étude de faisabilité d’une unité de production dans le domaine de l’aquaculture», a indiqué le numéro 1 de Willing Hands.
Pour Fifi MASUKA, «ce projet tombe à point nommé pour le Lualaba en particulier et la RD Congo en général. Une fois matérialiser, il va décongestionner le chômage et apporter un plus dans la consommation des vivres frais produits localement.

Des échanges poussés entre les deux parties.

A ce jour, l’entreprise opère dans 9 pays africains, a ajouté le Dg de Willing HANDS lors des échanges avec le Vice-Gouverneur qui se sont déroulés pendant 2 jours.

Activités de production animale ou végétale en milieu aquatique, le marché de l’ aquaculture est très lucratif. Plus de 2 millions de saumons sont produits dans des fermes aquacoles dans le monde et la Norvège en détient près de 60%. L’aquaculture est de plus en plus vue comme une activité de développement durable à l’heure où la demande mondiale en poissons ne cesse d’augmenter.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.