LES ENFANTSN DANS LES CARRIERES

Il y’a quelques années où on pouvait les compter par plusieurs centaines dans les carrières partout dans le grand Katanga. Eux ce sont les enfants dont l’âge varie entre neuf et dix-sept ans.
Ces enfants qui avaient appris à ne plus aller à l’école pour la plupart, soulever, laver, et tamiser les produits miniers au tour des creuseurs artisanaux était leur activité quotidienne.

Certains ont connus des accidents et d’autres en sont sortis avec des maladies graves.
Pour couper court à ce phénomène, le gouvernement de la république à travers la police et toutes les ONG qui luttent pour la protection des droits de l’enfant s’étaient investis pour évacuer tout celui ayant moins de dix-huit ans dans les carrières en mettant en place des structures qui devaient identifier et permettre leur réintégration dans la société.
Aujourd’hui le résultat est largement satisfaisant. En effet la présence des enfants dans les carrières a sensiblement baissé même si le travail continu comme nous l’a confié le directeur d’une ONG Allemande qui travaille en partenariat avec le gouvernement mais qui a préféré l’anonymat.
Mais la grande déception c’est celle de voir que certains parents continuent d’y envoyer leurs enfants, les aidant à déjouer les mesures sécuritaires.

Interrogés sur la raison de leur présence dans cet endroit qui du reste est très dangereux, la plupart d’entre eux reconnaissent y être envoyés par leurs parents. Ceux même qui devraient accompagner toutes les actions qui sont entreprises pour sauver cette branche de la jeunesse congolaise sont ceux-là même qui l’expose à ce grand danger.
Un acte d’une telle cruauté ne doit pas passer inaperçu.
L’éducation d’un enfant étant le travail de toute la société, il est du devoir de tout adulte présent dans ces cites d’exploitation minière de dénoncer ce qui va aider  les autorités à mener à cette lutte qui a pour but de sauver la vie de ces jeunes qui eux aussi représentent  le Congo de demain.

Vous aimerez aussi...

8 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.