La ville de Lubumbashi asphyxiée.

Conçus à l’époque coloniale, les drains et caniveaux souterrains ont toujours canalisés les eaux diluviennes et les résidus ménagers vers les décharges. Mais depuis des décennies, ces infrastructures ont été ignorées par la mairie et toutes les autorités compétentes. 

Aujourd’hui, drainer ces eaux est devenu un véritable casse-tête. « Si vous ne trouvez pas un chemin pour l’eau, l’eau se créera son propre chemin », dit-on. Ces eaux n’ont pas dérogé à ce dicton. On peut apercevoir sur les routes, les eaux usées habillées en marron ou en vert, dégageant des odeurs insupportables, exposant ainsi la population à plusieurs problèmes liés à la santé et aussi aux infrastructures routières. Quant aux efforts fournis pour résoudre ce problème, rien n’est visible à la surface. Reste donc à espérer que cette situation sera résolue avant l’étouffement de la ville.

Vous aimerez aussi...

26 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.